Faites-vous partie d’un groupement d’achats ?

Le temps est au « collaboratif », aux réseaux : ensemble, on est toujours plus solide, n’est-ce pas ? Passez-vous beaucoup de temps à papillonner entre différents fournisseurs pour vos achats non stratégiques ? Arrêtez !

À la manière de Groupon, plateforme leadeuse des achats groupés pour les particuliers, il existe désormais des équivalents modernes et très diversifiés du feu catalogue Manufrance ou Camif pour les entreprises… Le principe est de mutualiser la négociation de prix et de prestations sur un volume que, seuls, vous ne pourrez jamais atteindre.
Nous vous présentons dans cet article l’intérêt de faire appel au groupement d’achats.

Optimiser vos charges (variables et fixes)

A coup sûr, vous maitrisez vos charges variables, celles qui sont liées à votre volume de production de biens ou de service. Ex. : vos achats d’enduits si vous êtes façadière, vos achats de pièces détachées si vous êtes réparateur automobile ou encore de rubans si vous êtes mercier… En effet, ces achats stratégiques impactent directement votre marge et votre coût de revient. Et puis c’est votre spécialité, et aussi votre job de trouver les bons grossistes, de négocier les prix, etc.

Mais êtes-vous sûr·e de faire le maximum pour vos charges fixes ? C’est-à-dire toutes ces dépenses de fonctionnement qui ne sont pas liées à votre volume de votre production… Si ce n’est pas toujours facile de faire baisser le loyer de votre local professionnel (quoique… avez-vous vraiment étudié toutes les possibilités avec un pro, comme votre expert-comptable ?), par contre, vous pouvez en général optimiser vos autres charges : électricité, chauffage, entretien, maintenance, communication, impression, sécurité informatique…
Et aussi vos investissements : informatique, véhicule, mobilier…

Avez-vous le temps – prenez-vous le temps – de faire des comparatifs, de rechercher les meilleurs prix et produits ?

Pour faire des économies, il n’y a pas de solution miracle, mais il existe des organismes dont c’est le boulot de faire ce travail pour vous.

Plusieurs formes de groupements d’achats

Les centrales d’achats

Les biens/services sont achetés par la centrale, qui vous les revend. En amont, lors du contrat et de l’adhésion (rarement gratuite), vous vous engagez à acheter un volume minimum d’un produit.
Ainsi, la centrale peut négocier des prix grâce à l’effet volume. L’avantage est que vous avez affaire à un seul interlocuteur…

Exemple : Reducio propose une centrale d’achats, mais aussi des services complémentaires comme l’analyse de la fonction achat pour des entreprises qui en dispose, le montage de formation… Paiement par partage des gains, au forfait ou au pourcentage de vos achats.

Les centrales de référencements

Vous achetez directement à des fournisseurs référencés par la centrale dans un « catalogue ». Elle a négocié les prix  et les services associés pour vous. Il peut s’agir de contrat de fourniture d’énergie ou de téléphonie mobile, par exemple.

Exemple : Le Cèdre négocie environ 100 marchés pour 350 fournisseurs. Vous êtes libre de vos achats et de continuer à traiter avec vos propres fournisseurs (ou pas) mais au tarif Cèdre… En fin d’année, si le volume global des achats des adhérents a dépassé le volume prévisionnel du marché avec un fournisseur, vous recevez un chèque de remboursement.
C’est un groupement d’achats que je connais bien pour travailler avec eux depuis plus de 20 ans en tant que responsable administratif de différentes associations. Éthique et services vraiment intéressants…
Cotisation annuelle d’environ 700 €, parfois vite amortie.

Les organismes mixtes

La plupart des centrales mixent aujourd’hui les deux approches.

Exemples : Haxoneo est une centrale de type mixte qui permet d’accéder à 200 000 références produits parmi 70 catégories et une centaine de fournisseurs. Mais elle permet aussi de mutualiser d’autres fonctions de l’entreprise comme la paie, la formation, la mutuelle, l’assurance, le recrutement, l’optimisation fiscale…
Gratuité d’accès aux services de base.

Qantis s’annonce comme une centrale d’achats, mais elle est plus complexe, car elle permet de créer une communauté d’entrepreneur sur les fonctions achat, vente, la gestion de la compétence…
Sur la fonction achat, elle propose des référencements fournisseurs en négociant pour les adhérents des accords-cadres.
Redevance annuelle de 500 à 15 000 € selon votre effectif et secteur d’activité.

Syndicats professionnels et associations locales

Vous pouvez aussi passer par les organismes professionnels. La plupart vont vous proposer des services négociés comme une mutuelle, une assurance professionnelle, un service de médiation, de la communication…

Au passage, si ce sujet vous intéresse, aller jeter un coup d’oeil à notre article sur la médiation de la consommation

Exemple : services de médiation négociés pour les microentreprenant·e·s via l’USPME ou la FNAE

Créer votre propre groupement

Sinon, pourquoi ne pas proposer à votre cercle professionnel de créer un groupement d’achats ?

Classiquement, vous allez utiliser le statut GIE (groupement d’intérêt économique).
Il permet de regrouper au moins deux entreprises dans un but commun. Il a un statut de personne morale et est très proche du fonctionnement d’une association, car il n’a pas pour objectif de faire des bénéfices. Il permet de mettre en commun des moyens (atelier, camion, logiciels, secrétaire…) mais aussi de se regrouper pour obtenir de bons prix sur des fournitures, travaux impressions, location de véhicules…

En pratique, le contrat initial, signé par tous les membres est à déposer pour immatriculation auprès du centre de formalités des entreprises CFE, qui déclarera l’existence du GIE au centre des impôts. Pas de capital nécessaire, pas d’impôts ni taxes. Mais attention, les membres d’un GIE sont solidaires en cas de dette !

Avantages et limites des groupements d’achats

Sincèrement, ça vaut le coup de chercher et d’essayer, vous allez gagner pas mal d’argent, mais aussi beaucoup de temps… Vous pourrez aussi découvrir des produits et services que vous ne connaissiez pas…

Le cout d’abonnement au service est en général non négligeable, surtout pour les petites entreprises ou associations. Mais cela peut valoir la peine… À vos calculettes…

L’un des risques éventuels est que vous vous déchargiez de votre rôle et vigilance sur la centrale (c’est un peu le but, n’est-ce pas ?), et que vous tombiez sur des produits ou services pas vraiment de la qualité escomptée…

Pour bien acheter, vous devez aussi bien connaitre vos besoins, tant en qualité qu’en volume. Pas toujours évident…

Critère de choix :

  • professionnalisme (parcourez les avis sur internet, posez des questions autour de vous, à vos collègues, à la CCI ou CMA…),
  • confidentialité (surtout vis-à-vis de vos éventuels concurrents),
  • conditions de paiement adaptées à votre situation,
  • produits et services dont vous avez besoin,
  • SAV,
  • fréquence de livraison,
  • coût.

Afin de faire évoluer notre article, nous sommes en train de tester deux autres groupements d’achat dans le cadre de notre activité, nous vous tiendrons au courant…


A retenir…

Bref, le groupement d’achat peut être une super solution pour gagner en tranquillité et économies. Par contre, il vaut sans doute mieux rester vigilant et vérifier périodiquement (tous les 2 ans par ex.), sa compétitivité.
Connaissez-vous d’autres services de groupement d’achats qui pourraient intéresser notre communauté d’entreprenant·e·s ?
Avez-vous créé une communauté d’achats ou aimeriez-vous le faire ?
Au plaisir de vous lire (et d’écrire pour vous)

Pas et Xris

>>> pour approfondir

Si vous avez aimé l'article, sentez-vous libre de le partager...

1 réflexion au sujet de « Faites-vous partie d’un groupement d’achats ? »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.